anti ivgA la veille de l'examen par le parlement du projet de loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes, les militant anti-avortement ont défilé dans les rue de Paris. La « fine fleur » de la réaction a battu le pavé parisien galvanisée par le récent recul du gouvernement espagnol qui vient de s'attaquer à ce droit fondamental des femmes à disposer de leur corps et par les récentes déclarations du pape François parlant « d'horreur » à propos du recours à l'avortement. On a même vu des pancartes avec ce slogan impayable: « Faudra-t-il aller en Espagne pour le garder ? » Mot d'ordre qui démontre que crétins et stupides font de solides qualificatifs quand il s'agit d'évoquer les militants pro-vie.

Ce collectif de manifestants composé de militants proches des milieux catholiques les plus conservateurs dans la foulée de la Manif pour tous recrute aussi largement dans les rang de l'UMP. Ainsi certains députés de cette formation ont déposé des amendements visant à dérembourser l'IVG. Évidemment Marine Le Pen ne voulant pas se faire dépasser sur sa droite a appelé sur France Info à ne pas banaliser l'avortement. Un rappel utile à ne pas banaliser le sinistre FN, le parti ennemi des droits des femmes

A toutes fins utile, je tiens à informer ces réactionnaires de tout poil qu'il me trouveront au travers de leur chemin. Père de deux filles, il faudra me passer sur le corps pour les priver du droit de disposer du leur. C'est dit.