Francois-Hollande-comprendre-les-points-cles-de-sa-conference-de-presse_image_article_large

Il m’a fallu quelques jours pour me remettre de la conférence de presse du Président de la République. il se trouve que j’ai voté et appelé à voter pour celui qui est désormais le héros de Laurence Parisot et de son successeur, Pierre Gattaz, le président du MEDEF. Et donc, ça fait mal aux dent, pour n’en rester qu’à la partie supérieur de mon anatomie. 

Le président a beau avoir la blague facile pour nier le procès qui lui est fait en libéralisme aigu, force est de constater que c’est à droite de l’échiquier que son fan-club recrute, et largement. Il n’a parlé que des entreprises. Les salariés sans qui elles ne seraient rien, ont été les grands oubliés de la parole présidentielle. Le constat est implacable, le président a jeté à terre le drapeau de la gauche, puis il a marché dessus.

La colère a fini par s’estomper, un peu, grâce aux rencontres faites pendant les initiatives de campagne municipale à Paris où je suis candidat PCF sur la liste menée par Eric Lejoindre dans le 18ème arrondissement. La rencontre d’électeurs de gauche, de militants socialistes montre que ma colère n’est pas isolée. Beaucoup s’interrogent et ne se résolvent pas à cette reddition en rase campagne face au patronat.

Dans ce moment de grande confusion idéologique, il est de notre responsabilité de travailler au rassemblement de tous ceux pour qui justice sociale veut encore dire quelque chose. Nous sommes la gauche, enfin ce qu’il en reste. Ce drapeau, le Front de gauche doit le ramasser. Notre tâche est immense. Enfin bref, il y a du boulot.